header du site

liste Enfants et adolescents

liste Personnes âgées

liste Femmes enceintes

Comment déchiffrer l’étiquetage alimentaire ?


Comment déchiffrer l’étiquetage alimentaire ?

Sur tous les produits que l’on peut acheter dans le commerce, on trouve sur les emballages beaucoup d’informations. Certaines sont obligatoires, d’autres non.

Voici les explications des mentions obligatoires sur les étiquettes alimentaires.

La liste des ingrédients

Tous les ingrédients doivent y être indiqués par ordre décroissant de quantité présente. Si un ingrédient est composé de sous ingrédients, ceux-ci doivent figurer sur la liste. Ainsi, il est facile de lire quels ingrédients sont en quantité importante dans les produits.


La présence d’allergène
« Peut contenir des traces de …. Arachide, gluten, crustacés, œufs …. ». Cela est indiqué lorsque le produit n’en contient pas dans sa recette originale mais lorsqu’il est fabriqué dans un endroit qui peut en utiliser pour d’autres recettes.

La quantité nette
Elle doit être exprimée en unité de mesure légale : en unité de volume (Litres) pour les liquides et en unité de masse (Grammes) pour les autres produits. Dans certains cas, le produit net égoutté doit être indiqué.

Les dates de conservations
DLC : Date limite de conservation. Elle concerne tous les produits périssables (produits du réfrigérateur). Elle est toujours associée à une température de conservation conseillée.
Exemple : «  à consommer jusqu’au … »
Si la DLC est dépassée, il faut jeter les produits.
 
DLUO : Date limite d’utilisation optimale. Elle concerne tous les produits non périssables, conservés à température ambiante.
Exemple : « à consommer de préférence avant … »
Si la DLUO est dépassée, le fabriquant ne garantie plus les propriétés organoleptiques du produit, mais il ne devient pas impropre à la consommation.
 
On remarque aussi que certains produits sont dispensés de date limite de conservation comme les fruits, les légumes, les vins ou équivalents, la plupart des condiments …
 
Sont également obligatoires, les mentions suivantes :

Le nom et les coordonnées d’un responsable
 
Le numéro de lot de fabrication
 
Le lieu d’origine ou de provenance

Le mode d’emploi, si nécessaire

Les conditions particulières de conservation et d’utilisation
 
Il existe également des mentions complémentaires obligatoires pour certains produits comme l’alcool (pour le degré d’alcoolémie), ou pour les produits édulcorés et les produits qui contiennent une source de phénylalanine.
 
Certaines mentions sont facultatives :

Les signes officiels de qualité :
Les labels agricoles, les AOC (appellation d’origine contrôlée), les normes NF, les produits AB (issus de l’agriculture biologique)…

Les étiquettes nutritionnelles, découpées selon 2 types de valeurs :
Groupe 1
La valeur énergétique de produit exprimée en kilojoules (KJ) ou en kilocalories (Kcal). Elle est souvent exprimée pour 100g et pour le poids total du produit. Elle correspond à ce que le produit va nous apporter en énergie.

Les teneurs en protéines (P), en lipides (L) et en glucides (G). Elles sont également indiquées pour 100g et pour le poids total du produit. Ces valeurs nous permettent d’identifier quel nutriment est le plus présent dans le produit, et ce que ce dernier va nous apporter. C’est avec ces valeurs que l’on peut classer les produits dans les catégories « aliment riche en protéines », « aliment riche en lipides » et « aliment riche en glucides ».
 
Groupe 2
Les sucres (g). Ils sont toujours indiqués avec les glucides. Cette valeur correspond au « sucre » comme le sucre blanc.
Exemple : un sucre blanc pèse 5 g, donc un produit indiqué à 25 g de sucres contient donc l’équivalent de 5 sucres blancs.

Les fibres (g). Elles renseignent sur la teneur en fibres du produit et donc son rôle éventuel sur le transit intestinal.
Les acides gras saturés, AGS, (g). Ce sont les « mauvais acides gras ». Ce qui est intéressant de regarder, c’est le pourcentage d’AGS par rapport aux lipides totaux. Si le chiffre est élevé, cela signifie que le produit contient des acides gras de moins bonne qualité nutritionnelle.
Le sodium (mg)
Le calcium (mg)
Les autres vitamines et minéraux. Ces valeurs nous permettent essentiellement de comparer les produits les uns aux autres, surtout quand ils sont dits « enrichis en … ».
 
Souvent il est également indiqué sur les étiquettes des valeurs de référence : les Apport Journaliers Recommandés, AJR ou les Apports Nutritionnels Conseillés, ANC. Ils correspondent aux apports nutritionnels moyens calculés par l’AFSSA (Agence Française pour la Sécurité Sanitaire des Aliments) pour la population.

 

C. Lucas

© Copyright 2009 – Saveurs et Vie






Retour vers la liste des articles     


ABC de la nutrition
Vitamine B3 Végétarisme
Synapse Antioxydants
Ostéoporose Cholestérol
Saccharose Ingesta

Toutes nos définitions